Fiche technique

A Angers, Stade Jean Bouin, SCO Angers - OGC Nice : 3 - 1 (1-0)

Arbitre : M. Lannoy

 

Buts :

Angers : Alo'o Efoulou (24e), Khalfallah (78e, 86e)

Nice : Bamogo (90e)

Les équipes :

Angers :Padovani - Fall, Lécluse (cap), Kouassi, Djellabi - Moussi, Auriac, Ben Khalfallah, Brunel - Do Marcolino (Stephan, 80e), Alo'o Efoulou (Boutabout, 85e)

Nice : Letizi - Jeunechamp, Kanté, Cid, Rool (cap) - Diakité, Balmont, Hellebuyck, Ederson (Modeste, 43e) - Laslandes, Bamogo

Résumé

Les 16èmes de finale ont été fatales aux niçois. Très rapidement menés au score sur un but d'Efoulou à la 25 ème minute, les nicois ne réussirent pas à prendre le dessus en première période. Pire en seconde mi-temps, hormis un poteau de Bamogo, les niçois ne furent jamais en position d'égaliser. Les hommes de Frédéric Antonetti se faisaient prendre en contre à deux reprises (2-0, 79e ; 3-0, 89e) par Ben Khakfallah. Bamogo réduira le score à la dernière minute (3-1, 90e) pour l'honneur.

Réactions

Frédéric Antonetti : "Le scénario a été favorable aux Angevins, tant mieux pour eux. La logique aurait voulu que nous revenions au score. Ca n'a pas été le cas. Nous nous sommes livrés et le Sco a parfaitement su exploiter ses attaques rapides. En résumé, nous nous sommes fait piéger. C'est tout. Point barre. "

Jean Louis Garcia : "À 2-0, ils se sont peut-être un peu relâchés. Et nous, nous avons continué à les respecter donc à jouer. Et s'ils avaient, sur l'ensemble du match, un moins d'agressivité que nous, nous avons bien aussi su utiliser les espaces qu'ils ont laissés. On a aussi coupé leurs relations fortes entre les défenseurs et Laslandes. Vraiment, ce fut un match énorme. "

Cyril Jeunechamp : "Nous n'avons pas réussi à trouver des brèches. Nous avons manqué de jus pour aller vers l'avant et de précision dans nos passes en profondeur. "

Lilian Laslandes : "Il n'y a rien à dire. L'équipe de L1, ce soir, c'était Angers. "

Philippe Brunel : "Nous avons été monstrueux ce soir. C'est sans doute notre match référence, mais il n'est pas question de se laisser griser. "