Face à une équipe messine très faible, les aiglons ont assuré l'essentiel sans pour autant être rassurant. Nous n'allons pas faire la fine bouche surtout après la déconvenue de mercredi mais que l'équipe est poussive! Comme samedi dernier, on notera encore 3 beaux buts...mais aussi la blessure inquiétante d'Atal. 

Les aiglons ont réussi à marquer 3 buts dans des phases de jeu. Une première! On notera les deux actions magnifiques amenant les buts de Mezyane et Dolberg. La première mi-temps fut poussive pour ne pas dire soporifique. Même dominés, les aiglons ont montré un meilleur visage en seconde. On reste loin d'un Gym agréable à voir jouer.

Les aiglons avaient réussi une belle première mi-temps malgré les imprécisions de Danilo. Et comme d'habitude, les niçois se sont effrondés en seconde période: sans jus, sans inspiration avec un pressing quasi-inexistant, un choix tactique discutable et un Dolberg toujours à contre-temps... Au final un Nice a courant alternatif... Inquiétant après 4 mois de compétition.

Les aiglons ont remporté, enfin, une rencontre et ont montré de l'envie, notamment en première mi-temps, envie qui était absente depuis plusieurs matches. Un match qui a été facilité par l'expulsion d'un joueur rémois moqueur. En seconde période, le Gym fut moins présent, moins dangereux,.. Nous  pourrons dire qu'ils ont géré mais aussi qu'ils ont été febriles. En ce qui nous concerne, la deuxième affirmation est la plus probable.

Les aiglons ont pris une valise ce soir à St-Etienne. Comme quoi il ne fallait pas trop s'enflammer suite aux 3 fulgurances de samedi dernier. Le Gym a retrouvé son niveau c'est à dire faible, notamment en défense. On ne parle pas des passes ratées qui sont devenues une marque de fabrique des aiglons... Toujours aussi inquiétant! 

Les aiglons ont donné les deux buts aux Lyonnais sur deux fautes défensives incroyables. On notera aussi l'incapacité des nicois à élever leur niveau de jeu à 11 contre 10 notamment offensivement. On signalera aussi la bêtise de Burner sur le second carton jaune, les imprécisions de Nsoki. On indiquera aussi à la VAR que la première réduction du score était valable mais cela n'enlève pas ce sentiment d'impuissance des "rouge et noir".