Officiellement nommé mardi après-midi, Lucien Favre, le successeur de Claude Puel, a été présenté ce mercredi à Nice. «Lucien était notre priorité, parmi les entraîneurs que nous avons rencontrés», a assuré Jean-Pierre Rivère, le président niçois, au début de la conférence de presse.

Souvent annoncé en France, l'entraîneur va pourtant découvrir la Ligue 1 à 58 ans. Pour le technicien suisse, il s’agit d’une question de timing. Cette fois-ci, c’était le bon moment. «Le projet notamment avec les jeunes m'a convaincu, a-t-il assuré. Un entraîneur veut des garanties et t il y a eu de la transparence de la part des dirigeants», a-t-il poursuivi, impatient «de travailler en Ligue 1, dans (sa) langue et d’être confronté à (ses) collègues français. »


«Je me mets à la place d'un joueur comme Hatem (Ben Arfa), l'arrivée de Lucien est un point positif»



Alors que Nice, qui a terminé 4e du Championnat, disputera la Ligue Europa la saison prochaine, Favre a promis de ne pas faire l’impasse sur la Coupe d’Europe. «On va la jouer à fond ! Les délais pour récupérer sont courts mais on ne l’occultera pas, a affirmé l’ancien coach du Borussia Mönchengladbach. C’est quelque chose qui passionne les supporters.»



«Avec l’arrivée de Lucien, on va pouvoir avancer sur les contacts déjà pris pour le mercato», a complété Rivère. Pour le dirigeant niçois, la nomination de Favre peut être un argument pour conserver Ben Arfa. «Je me mets à la place d’un joueur comme Hatem, l’arrivée de Lucien est un point positif. On n’est pas programmé pour garder Hatem, mais on va tout faire pour.»

 


Ajouter un Commentaire