Pour ne pas s’être rendu à Angers (0-3), samedi, sans raison valable d’après le staff médical de son club, l’attaquant du Gym s’expose à une sanction pouvant aller jusqu'à la mise à pied.

*
NICE – Les Niçois avaient rendez-vous à 8 heures, au club, samedi, pour prendre le petit-déjeuner en commun avant le départ pour l’aéroport, trente minutes plus tard. À la surprise générale, Allan Saint-Maximin (21 ans) n’était pas là. Quelques minutes plus tôt, l’attaquant niçois et meilleur buteur du club cette saison (6 buts) avait prévenu le médecin de son absence, se disant malade et incapable de partir avec le groupe.


Pendant que Patrick Vieira et ses joueurs s’envolaient vers Angers, Jean-Philippe Gilardi, le médecin du club, s’est donc rendu chez le joueur pour constater son état. D’après Vieira, et sous la foi du diagnostic du Dr Gilardi, “Saint-Max” aurait été en état de voyager avec l’équipe, a minima, et pourquoi pas de jouer.


« Il a décidé qu’il était malade mais pour le docteur il n’y avait rien, pas de fièvre, a déploré le coach en conférence de presse, quelques instants après la défaite (0-3). C'est sa décision à lui, pas celle du coach ni du docteur. C’est une déception par rapport au fait que c’est une décision prise par lui. » Quelques minutes plus tard, contrarié de devoir endosser le pyjama du malade imaginaire, le joueur a réagi aux propos de son entraîneur, sur Twitter. « Je ne me suis pas entraîné de la semaine à cause de ma cheville, j’ai fait une seule séance avec le groupe vendredi alors que j’avais encore mal et que je suis malade, mais je fais semblant », a-t-il ironisé.

 

 


Hier, Vieira, qui avait découvert, impassible, le tweet de son joueur, n’a pas souhaité prolonger le débat. Et Gauthier Ganaye, son président, qui n’était pas à Angers pour raisons personnelles, n’a pas répondu à nos sollicitations. Mais les deux hommes, pas toujours raccord sur la politique sportive du club, seraient cette fois sur la même longueur d’onde, celle de l’intransigeance et de la fermeté. Une sanction du joueur, pouvant aller de l’amende à la mise à pied, était hier dans les tuyaux.


Mais, du côté de Saint-Maximin, pas question de baisser pavillon. D’après son conseiller, qui est aussi son frère, l’attaquant niçois avait une gastro-entérite samedi matin transmise par ses deux filles en bas âge, la veille. Le Dr Gilardi lui aurait proposé une piqûre contre les vomissements, mais le joueur, craintif, l’aurait refusée. Et si l’ancien Stéphanois s’était bien entraîné avec le reste de l’équipe, le vendredi matin, il se sentait déjà affaibli. Par le début de cette fameuse gastro autant que par une blessure à une cheville, consécutive à un coup donné par Jason Denayer, le dimanche précédent, contre Lyon (1-0). « Allan était malade et blessé, c‘est incontestable, résumait hier son frère. Il y a certainement eu une erreur de communication entre le docteur et l’entraîneur. Et il y a eu une très grande incompréhension de mon frère en entendant les déclarations du coach. Allan n’est pas un tricheur, le problème se réglera en interne, et il assumera la sanction, s’il y en a une. Mais il n’y a pas d’affaire Vieira-Saint-Maximin, en tout cas pas du côté d’Allan. » La reprise de l’entraînement des Niçois est prévue demain, mais « Saint-Max » doit passer une échographie de sa cheville aujourd’hui et pourrait croiser du monde, au club, histoire de discuter un peu.

 

 

Ajouter un Commentaire