Jean Michel Aulas ne lâche pas le morceau. Invité de RMC, hier soir, il indiquait: " Il y a une volonté des clubs de L1 d'aller exercer un recours contre l'État à l'initiative de Bernard Caïazzo (président de Saint-Etienne, qui permet de les regrouper dans cette action. Tous les clubs vont dire que s'il y a un responsable, c'est l'État. À partir du moment où c'est l'État qui a intimé l'ordre d'arrêter le championnat le 28 avril par la voix du Premier ministre, Édouard Philippe,sa responsabilité est engagée et il faut aller lui réclamer les 800 M€ de déficit probable pour l'exercice en cours..."  

 

En parallèle, cet arrêt du championnat a limité aussi les  paris sportifs en France.  Si l'on compare avec la même semaine de l'année dernière, on est entre 90 et 95% de baisse selon l'Arjel,l'Autorité de Régulation des Jeux en Ligne. .

 

Le président de Lyon poursuit en précisant:  "C'est peut-être pour cela que la ministre des Sports dit que ce n'est pas le gouvernement qui a pris la décision. Cette affaire n'est pas très «clean», car c'est la loi qui vient dire le droit a posteriori après que les décisions sont prises, pour donner raison aux Ligues et aux Fédérations d'avoir changé le règlement qui disait d'aller jusqu'à la 38e journée pour décerner les titres et l'ensemble des qualifications européennes, les descentes et les montées."

 

Bernard Caiazzo réplique sur le site du journal l'Equipe: " Je m'étonne des propos tenus ces dernières heures par Jean-Michel Aulas, selon lesquels notre organisation se préparerait à exercer un recours contre l'État, à la suite de l'arrêt des compétitions décidé par le Premier ministre, Édouard Philippe, le mardi 28 avril, peut-on y lire. Il n'entre nullement dans nos intentions d'entrer dans ce type de procédure. Conformément à ce que nous avons annoncé il y a quelques jours avec l'UCPF, Première Ligue travaille actuellement à l'élaboration d'un plan de relance du football professionnel, privé de recettes pendant cinq mois. Dès que possible, il sera étudié en concertation avec les pouvoirs publics qui sont venus en aide, depuis le début de la crise, à tous les secteurs sinistrés. Seule cette démarche occupe toute notre énergie et tous nos esprits..."

 

Cet après midi, le Conseil d’Etat a examiné les recours de Lyon, Amiens et Toulouse. Ces trois clubs demandaient de suspendre la décision de la Ligue de football professionnel (LFP) d’arrêter les championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 à dix journées du terme. C’était une audience en référé. La décision sera mise en délibéré et rendue publique début de semaine prochaine. Lors de cette audition Jean-Michel Aulas a affirmé : "Le classement déterminé par un quotient, on n'a jamais vu ça ! Jamais ! On balaye toute l'histoire, tous les investissements réalisés par Lyon, Amiens et Toulouse" alors que le président d'Amiens précisait :"Ce combat continue, nous sommes contents d'être là parce qu'on nous a imposé d'aller en justice, notre dernier rempart face à cette décision inique du Conseil d'administration de la Ligue. Depuis le début, j'ai dénoncé cette décision contraire aux valeurs d'égalité et d'équité sportive." Quoiqu'il en soit le football reprendra  sur ce site de foot dès le mois d'aout par les deux finales de coupe nationales car il y a très peu de chance que les demandes soient acceptées.

Ajouter un Commentaire