C'est en lisant cet article de l'Equipe qui nous rappelle de mauvais souvenirs, que nous disons, que nous avons de la chance d'avoir Ineos et Jean-Pierre Rivère

 

Les Girondins de Bordeaux ont annoncé ce jeudi dans un communiqué de presse que « King Street ne souhaitait plus soutenir le club et financer ses besoins actuels et futurs ».


Rien ne va plus aux Girondins de Bordeaux. Alors que sportivement ils luttent pour le maintien, le club a annoncé dans un communiqué ce jeudi, le départ de King Street, leur actionnaire, ne souhaitant « plus soutenir le club et financer ses besoins actuels et futurs. » Une situation qui pousse le président du club, Frédéric Longuépée, à placer le club sous la protection du Tribunal de commerce. Un mandataire sera nommé.

Pour rappel, le club girondin est passé sous pavillon américain avec King Street comme actionnaire majoritaire et GACP en tant que gestionnaire du club, en novembre 2018. Le départ du groupe M6, jusqu'ici actionnaire des Girondins aura donc été à l'origine de nombreux conflits au sein du club au scapulaire. L'arrivée du fond de pension américain mené par Joe Da Grosa n'avait pourtant pas inquiété les instances de football comme la DNCG. L'entente entre les deux groupes américains avait rapidement tourné au vinaigre poussant Joe Da Grosa et ses associés vers la sortie.

 

Frédéric Longuépée controversé


Pour les supporters et notamment le groupe des Ultras Marines UB87, la nomination de Frédéric Longuépée, en tant que président des Girondins de Bordeaux, a fait grincer des dents. Depuis sa prise de poste, les suiveurs du club souhaitent son départ. Une volonté non écoutée par King Street. A l'origine de cette rupture, le Girondins Leaks. Dans cette affaire, des enregistrements entre Frédéric Longuépée et Anthony Thiodet, ancien responsable de la stratégie commerciale du club, avaient été révélés au grand jour. L'Equipe

 

Commentaires   

#3 marsiglialiste 24-04-2021 09:42
ON a eu toutes sortes d'actionnaires l'entrepreneur LOEUILLET associé au maire de NICE montant l'équipe des millionnaires avec nos impôts, mais sans jamais arriver au Saint Graal puis son successeur Mario Innocentini au même profil, mais plus avec les mêmes moyens et dont le départ de MEDECIN conduira le club à une disparition quasi actée devant le tribunal de commerce ... sauvée par un entrepreneur amoureux de son club qui fut préféré, Dieu merci, à KITA ....ANDRE BOIS fut le dernier président à qui on doit un titre majeur et se verra pousser vers la sortie par le maire de l'époque ..au profit des riches investisseurs MANDARIC et le pathétique SENSI qui nous fera 5 ans en ligue 2... ce dernier ne pouvant pas construire le stade donnera le club à des quasi mafieux qui conduira le club une nouvelle fois vers une quasi-dispariti on ... la suite on la connait entre un actionnaire qui voyait en l'OGCN un tremplin pour la mairie, un actionnaire minoritaire qui se voulait calife à la place du calife, un actionnaire majoritaire qui gagna de l'argent avec le club, mais qui le transforma s'alliant avec des actionnaires similaires à ceux de bordeaux, mais qui est revenue par la fenêtre avec un nouveau type d'actionnaire le riche mécène, mais pas trop ... malgré tout la dernière génération n'a pas connu la ligue 2 et on le doit à COHEN, STELLARDO et RIVERE
#2 Michel 23-04-2021 14:06
.Le seul mec droit dans ses baskets c'est le coach.Au bout d'un moment c'est normal que l'actionnaire meme si il ne comprends rien au foot se retire sachant que l'ambiance est détestable.Les joueurs sont surpayés,formen t des clans et pratiquent un football encore pire que le notre.Voila la recette pour détruire un club.Le tradding c'est de la merde!
#1 vincenzo 22-04-2021 21:11
Entièrement d'accord avec toi Alain. Avec les chinois, on ne sait pas où nous serions aujourd'hui. Bordeaux n'était encore il n'y a si longtemps un grand club de notre championnat.

Ajouter un Commentaire