Pour cette dernière édition de la Coupe de la Ligue, l'OGC Nice affrontera Le Mans à 18h45, demain au MMArena. Ce match compte pour les 16ème de finale. Nice devrait compter sur les retours de Herelle, Cyprien (suspendus lors de Strasbourg-Nice) mais aussi de Tameze. Dolberg pourrait être ménagé pour cette rencontre. Racine Coly est suspendu suite à son carton rouge de samedi dernier.

 

Le groupe niçois : Benitez, Clémentia - Dante, Herelle, Sarr, Lloris, Burner, Pelmard, Atal - Cyprien, Tameze, Lees-Melou, Thuram, Danilo, Boudaoui - Ganago, Myziane, Claude-Maurice, Srarfi.

 

Le groupe manceau : Aymes, Patron, Vardin, Confais, Ebosse, Duponchelle, Dasquet, Lemonnier, Musavu-King, Boe-Kane, Fofana, Julienne, Boissier, Hafidi, Créhin, Kanté, Diarra, Gope-Feepej.

 

M. Millot arbitrera la rencontre, assisté par Bertrand Jouannaud et Éric Danizan.

 

L'interview Patrick Vieira

L'Equipe

 

À Strasbourg (0-1), samedi dernier, votre équipe a eu moins de maîtrise dans le jeu qu'à son habitude ? À quoi était-ce dû ?


On peut l'expliquer par notre manque de maturité quand on ne gagne pas. On est dans un moment difficile. Il y a un manque de confiance et ça a un impact sur notre jeu. Ma responsabilité, c'est d'essayer de redonner de la confiance à certains joueurs, au groupe, parce que la qualité est là. Même s'il y a ces absences nous font quand même défaut. On ne parle pars d'un ou deux joueurs malheureusement. Mais il faut continuer à travailler.

 

vieira18

 

Qu'est-ce qui a changé par rapport à votre début de saison ? C'est une question d'efforts ?


Ce n'est pas une question d'efforts. Je n'ai encore pas eu la chance d'aligner le onze titulaire à cause des blessures et des suspensions. On n'a pas encore vu le potentiel de ce groupe. C'est comme ça... En début de saison, on s'en est parfois tiré avec un peu de réussite. Cette réussite nous fuit depuis quelques jours. Avec de la réussite, on aurait pu revenir de Strasbourg avec un point.

 

Pour retrouver de la confiance, est-ce une bonne chose d'enchaîner par un déplacement face à une équipe de Ligue 2 ?


On s'attend à un match très compliqué, à un match de coupe. Pour Le Mans, jouer une équipe de Ligue 1, il n'y a rien de mieux pour se relancer. Il faudra qu'on redouble de concentration. Au niveau de la détermination, de l'agressivité, de l'envie, on doit être supérieur à l'équipe adverse.

 

Votre effectif est jeune. Comment lui redonner confiance ?


En discutant, en faisant de la vidéo, en travaillant tactiquement, physiquement. On doit continuer à faire ce qu'on essaye de mettre en place depuis le début de la saison. La qualité est là. Collectivement, il faut que ça vienne. Il faut rester solidaire. On passe un moment difficile, mais on réussira à retourner la situation. »

 

La presse

 

De l’avant dans les voiles
L’Équipe

 

À l’arrêt en L 1, Nice doit gagner pour regonfler son moral et retrouver le bon rythme.


NICE – Sa démarche est toujours légère et le ton ne s’est pas durci. Son équipe ne gagne plus mais cela ne durera pas, il l’assure, alors Patrick Vieira ne donne aucun signe de nervosité. Avec ses joueurs sur le terrain d’entraînement, ou face aux médias, l’entraîneur de Nice s’évertue à évacuer tout signe de stress.

 

Hier, avant la dernière séance qui précédait le départ pour Le Mans – pour y disputer son 16e de finale de Coupe de la Ligue –, Vieira a répété que son groupe « travaillait très bien », que « la qualité était là » et que la situation allait bien s’inverser. La veille, dans Nice-Matin, c’est son président, Jean-Pierre Rivère, qui y est allé de son discours rassembleur et apaisant. « Il n’y a pas de crise, assure le dirigeant. […] Notre soutien est total vis-à-vis du coach. […] Il faut se serrer les coudes. »

Atal sur le banc et un milieu reconstitué


Le charme de ce début de saison est que, même s’il n’occupe que la 15e place de Ligue 1, Nice n’est qu’à cinq points du podium. Mais la tendance reste inquiétante : le Gym a pris un point en cinq matches. Et samedi dernier, à Strasbourg (0-1), le contenu était d’une inhabituelle pauvreté. « On peut l’expliquer par notre manque de maturité quand on ne gagne pas, répond Vieira, qui rappelle aussi qu’il avait dû composer avec de nombreux absents. On est dans un moment difficile. Il y a un manque de confiance et ça a un impact sur notre jeu. Ma responsabilité, c’est de redonner de la confiance au groupe. »

 

Cette confiance, c’est d’abord par la victoire que l’entraîneur compte la retrouver. Et donc avec un succès au Mans. « Il n’y aura pas d’énormes changements, annonce Vieira. On a besoin de gagner des matches […]. C’est pour ça que j’alignerai la meilleure équipe possible. » Il y aura quand même une rotation au poste de gardien : Benitez laissera sa place à Clementia.

 

Peu à son avantage ces dernières semaines, Atal devrait débuter sur le banc. Nice devrait conserver le schéma en 3-5-2 utilisé en Alsace, cette fois avec Srarfi dans le couloir gauche pour pallier la suspension de Coly. Le milieu sera totalement renouvelé avec les retours de Cyprien (suspension), Tameze (malade) et Lees-Melou (cuisse). Lusamba a finalement été préservé (cheville), de même que Dolberg (dos), qui devrait être opérationnel dimanche, pour la réception de Reims.

 

Vieira a par ailleurs choisi de ne pas emmener Walter, qui avait fait son retour dans les dix-huit la semaine passée après deux mois à l’infirmerie (cheville). Surpris, le milieu de terrain a moyennement apprécié : il l’a fait savoir sur Twitter en commentant l’annonce du groupe par un smiley interrogateur.

 

 

Revenant sur le choix et surtout les contre-performances de Mezyane Maolida et Danilo, le président niçois, Jean-Pierre Rivère indique à Nice Matin : " C’est sans doute mental. On le voit bien, ils ont du mal à s’exprimer. Gagner des matchs permet de jouer beaucoup plus libéré." Cela ne dure pas depuis 4 matches mais depuis plus d'un an.

"On a connu également des mauvaises périodes avec Claude Puel et Lucien Favre. On a toujours su relever la tête. Deux matchs à domicile (Reims et Bordeaux) se profilent. Il faut se mobiliser, tous ensemble, et prendre des points. On va tout mettre en œuvre pour inverser cette spirale négative. On a tous une part de responsabilité...Notre soutien est total vis-à-vis du coach. C’est toujours la même histoire. Quand les résultats ne sont pas au rendez-vous, l’entraîneur est le premier visé. C’est le football ! On va s’en sortir ensemble. Il faut se serrer les coudes. L’heure n’est pas aux interrogations en interne. Les solutions, je me répète, on les trouvera ensemble. On est déçu, bien sûr". déclare le président niçois, Jean-Pierre Rivère à Nice Matin.

"Contrairement à l’idée de Bruno et du staff, qui voulaient garder Myziane, on s’est mis d’accord avec Nice pour un transfert plus élevé que ce que l’on avait imaginé (10 millions d'€). Il va passer sa visite médicale demain. Il y aura 30% sur une éventuelle revente et 5% sur la formation. S’il devient le très grand joueur qu’on attend de lui, ça sera bénéfique pour l’OL. On lui donne une chance, j’espère qu’il s’en souviendra. Beaucoup de gens au club souhaitent le garder. Le Conseil d’administration a décidé de le laisser partir à Nice" avait déclaré Jean-Michel Aulas lors de la vente de Myziane à Nice. 16 mois après et 1 600 000€ de salaire dépensés, le constat est accablant. Souvent blessé, peu prolifique, maladroit devant le but (dur pour un attaquant), nonchalant... On arrête là sur ce transfert raté. La direction lyonnaise ne pouvait ne pas être au courant. Ce joueur est une arnaque! Aujourd'hui, nous ne pouvons dire que "bravo" à Jean-Michel Aulas pour sa vision à long terme. Par contre pour la revente...

 

maolidaogcn

L'arbitre a déjà eu droit à un article en janvier 2018 sur ce site... concernant son arbitrage suspect contre Nice... Nous allons le completer :

 

17/08/2019 :  Nimes - Nice 

 51ème : Coup dur pour Nice avec l'expulsion de Coly pour un 2e carton jaune. Le latéral a semble-t-il marché sur Ferhat.

 

 

18/10/2019 : Nice - PSG

74ème Deuxième jaune et exclusion de Cyprien ! Contact entre Paredes et le Niçois. L'arbitre siffle un coup franc. Mais l'Aiglon conteste et pour cela, prend un nouveau carton après celui reçu en première période.

« On n'a pas compris le deuxième jaune pour Cyprien, raconte Pierre Lees-Melou. Il n'insulte pas l'arbitre, ce n'est pas comme s'il lui disait enc…. Il lui a juste dit il n'y a pas faute.

 

L'histoire va continuer vu que l'arbitrage se gère entre amis

 

Sous-catégories