Retrouvez la vidéo de présentation de la soirée d'hier

 

 

 

 

 

Teint perpétuellement hâlé, capable de dégainer à tout moment un discours aseptisé avec le sourire, Jean-Pierre Rivère a le visage parfait du pacificateur, assez habile pour apaiser les relations les plus conflictuelles. Il a largement l’occasion d’éprouver cette qualité, puisque la reconstitution de son tandem avec Julien Fournier, à la tête de l’OGC Nice, ne fait pas que des heureux.

La LFP a mis le dossier niçois en délibéré suite aux comportements des supporters de l’OGC Nice dont les chants et banderoles auraient eu un caractère discriminatoire. Par contre, sur les autres stades et les autres clubs, qui ont eu les mêmes banderoles, il y a eu un simple rappel à l'ordre...  La difference de traitement est hallucinante.

Noël Le Graët persiste et signe. Le président de la Fédération française de football (FFF) s’est une nouvelle fois prononcé contre l’interruption des matchs de football en France en raison de chants homophobes. « Je n’arrêterai pas les matchs, je suis contre totalement, a-t-il déclaré, mardi 10 septembre sur Franceinfo, mais je ne veux pas être pris en otage sur l’homophobie. (…) Il y a des services de sécurité pour faire en sorte que ces banderoles disparaissent. » Noël Le Graët demande aux arbitres de ne plus arrêter les matchs dès la prochaine journée de championnat.

 

Bras de fer avec Maracineanu

 

Dans un entretien accordé à Ouest-France, jeudi 5 septembre, Noël Le Graët s’était exprimé pour la première fois sur les banderoles homophobes qui se multiplient dans les stades de France depuis la reprise du championnat, mi-août. « Pour être clair, je trouve qu’on arrête trop de matchs. Cela fait plaisir à certains ministres, mais moi, ça me gêne. (…) On a l’impression que, tout à coup, tous les stades sont devenus des lieux homophobes. Je conteste avec véhémence cette image qu’on donne de nous », avait déclaré, dans les colonnes du quotidien, le président de la FFF.

 

 

 

 

 

Bob Ratcliffe, président d'Ineos Football, est revenu ce lundi pour la presse anglaise sur les tentatives avortées de rachat en Premier League du groupe de son frère. Et a donné une explication au rachat d'un club français avec l'OGC Nice.



Propriété de Jim Ratcliffe, le groupe Ineos a racheté l'OGC Nice le 26 août dernier contre un montant avoisinant les 100 millions d'euros. Dans les colonnes de The Independant, Bob Ratcliffe, président de la section football du groupe britannique, est revenu sur les raisons qui ont poussé les frères à se tourner vers le marché français plutôt qu'anglais. 

Sous-catégories