Ré-écoutez l'émission du jour... Au programme : Metz- Nice , l'arbitrage, le classement...

Ré-écoutez l'émission du jour... Au programme : Nice - Nantes, le mercato. Erratum : Rennes a bien joué 21 matches alors que Montpellier, non...

Ré-écoutez l'émission du jour... Au programme : Cholet - Nice, retpour sur la première partie de saison mais aussi sur Rennes - Nice. Le match face à Lens...

Petit à petit, les Aiglons font leur nid. En fait, ils veulent désormais déployer leurs ailes et se mêler aux meilleurs, dans les plus hautes sphères du football français, comme des grands. Terminé, la modestie, le petit club qui marche à pas feutrés et se fait regarder de haut, voire carrément moqué. L’appétit vient en mangeant. Et après avoir goûté aux joies du top 5 en Ligue 1 quatre fois lors des neuf dernières saisons, dont une troisième place en 2016-2017 - autant d’« anomalies », au vu des moyens du club à l’époque, dixit le président JeanPierre Rivère -, l’OGC Nice en veut plus. Avec un propriétaire comme Ineos, tous les rêves sont permis. Quoique, le géant britannique de la pétrochimie, qui a racheté le club en 2019 contre, dit-on, 100 M€, n’entend pas dépenser sans compter. 113e fortune mondiale, selon le magazine Forbes, Jim Ratcliffe, 68 ans, ne s’en cache pas : « Avec un investissement raisonnable et mesuré, nous voulons faire de Nice un club capable de participer régulièrement aux compétitions européennes. Et, surtout, d’y performer », a-t-il déclaré.

Après avoir appris en novembre qu’il souffrait de diabète, l’attaquant niçois a mis fin dimanche à une période de trois mois sans but.

Ré-écoutez l'émission du jour... Au programme : Nice - Strasbourg et PSG-Nice...

Ré-écoutez l'émission du jour... Au programme : Nice - Metz,  PSG - Nice...

Ré-écoutez l'émission du jour... Au programme : Clermont - Nice...

Ré-écoutez l'émission du jour... Au programme : les recrues, l'interview de Julien Fournier...

Ré-écoutez l'émission du jour... Au programme : Dolberg, Atal, Nice - Montpellier...