Pas trop déçu par le mercato ?

Comptablement, on a perdu huit joueurs dont Apam, Rémy le leader de l’attaque, Echouafni, Modeste et on n’en a pris que deux. Le minimum. On rafistole. Pour l’instant, je suis confiant même si on n’est pas plus fort que l’an dernier… Il faut trouver l’osmose dans le groupe.

Le recrutement de Ljuboja va dans le bon sens ?

J’apprécie son sens du but, sa conservation de balle, sa technique. Mais il ne faut pas s’attendre à ce qu’il fasse du Loïc Rémy…

Dans ces conditions, vous avez revu vos ambitions à la baisse ?

Notre objectif principal, on ne va pas se voiler la face, c’est le maintien. Prenons des points à chaque match et ce sera bien. Il faut aller jusqu’au grand stade (dont la livraison prévue dans trois ans, ndlr) en se maintenant en Ligue 1.

L’équipe est invaincue depuis la reprise du Championnat. Votre “projet de jeu” se met en place ?

Oui, cette année on aimerait maîtriser nos matches. Les longues balles balancées devant sans prendre de risque, c’est aussi donner le ballon à l’adversaire et beaucoup courir derrière. Il faut construire en repartant de l’arrière ! Et si ça donne plus de plaisir au public, c’est encore mieux.

La saison a repris pour la première fois sans la Brigade Sud Nice (BSN), dissoute en avril dernier. Vous sentez l’équipe moins soutenue par les tribunes ?

Nous avons mal vécu les amalgames dont elle a été victime. Mais on ne pourra jamais tuer un esprit, une ferveur, une passion pour son équipe, même s’ils sont un peu moins nombreux à cause des pressions.

Vous recevez dimanche les Girondins de Bordeaux. Ça promet un match difficile…

Sinon on fait un gros match, ça valorisera le travail qu’on a fait jusqu’à présent. Sur une rencontre, on est capables de battre tout le monde !