Eric Roy, comment s’est passée cette semaine de reprise?

La reprise s’est très bien passée. Lundi, on a fait pas mal de cardio et un peu de footing afin de reprendre le rythme. Nous avons effectué deux entraînements mardi et mercredi et la journée d’hier a été consacrée aux soins. En fait, on n’a pas le temps de gamberger, la semaine est passée très vite. On est désormais prêt à défier Créteil.

Comment prépare-t-on un match de Coupe de France chez une équipe de National ?

On le prépare de la même façon qu’un match de championnat. La seule différence, c’est que le résultat fait que l’on continue ou pas dans la compétition. C’est un match qui peut durer plus de 90 minutes, donc ça peut jouer dans la composition de l’équipe, il faudra être vigilant.

Un mot justement sur cette équipe de Créteil ?

On est allé les voir jouer, mais au-delà de ça, il faut se responsabiliser. On est une équipe de L 1. Il faut donc faire le boulot et prouver notre supériorité. Dans ce genre de match, on se dit inconsciemment que ça va être plus facile mais c’est en se disant ce genre de choses qu’on finit par chuter.

Où en est David Bellion ?

Il faut qu’il soit apte rapidement mais il n’aura pas de problèmes d’acclimation. C’est tant mieux car on a besoin de résultat immédiat. On imagine qu’avec le peu de temps de jeu qu’il a eu, janvier va lui permettre de bien travailler et de se remettre au niveau. Je pense qu’il sera véritablement en pleine possession de ses moyens en février.